Test du jeu
Tests des
visiteurs

Compagnons
P.N.Js
Quêtes
Cartographie
Armes
Equipements
Objets
Sorts de prêtre
Sorts de mage
Capacités
Règles
Races
Soluce
Les factions
Les Classes

Lexique
Astuces
Conseils
Divers
Créer un perso
Triche
Bugs connus

Galerie
Download
Les fichiers
Questionnaire

Livre d'or

Contact

Admin

949521
visiteurs à
ce jour

Petite citation aléatoire... " "

Test de Planescape Torment, par Revan

Posté le 22/08/2004 à 17:34:00.

Aaaaaaaaaaah, Torment, pour utiliser une expression que j'ai déjà vue dans un certain test, mais qui résume on ne peut mieux à quel point ce jeu représente le Nirvana du rôliste (du moins pour moi, mais j'ose espérer ne pas être le seul de cet avis...).

Loin de moi l'idée de raconter ma vie, mais Torment est mon premier jeu de rôle, genre que j'avais jusque là totalement délaissé, alors, avertissement au lecteur éventuel, ce test n'a rien d'objectif, et peut-être arrive-t-il que je m'emporte un peu dans mes éloges. Prudence, donc!

Franchement, jamais vu un jeu aussi abouti, aussi prenant, assez riche pour pouvoir retenir le joueur pendant des mois (je l'ai commencé il y a presque 3 ans et, même si personne voudra me croire, j'y joue encore). Graphismes, musique, scénario, compagnons, tout a été, à mon sens, fouillé dans ses moindres détails. Ce sont d'ailleurs (tout le monde le sait, mais ça fait pas de mal de le rappeler) principalement la trame et l'univers qui sont les points forts du jeu, et tout ce qui s'y rapporte: histoire des compagnons, dialogues (géniaux, parfois hilarants), info qu'on glane au fur et à mesure sur les plans...: les gars de Black Isle (paix à l'âme de ce studio de maîtres) ont accompli un boulot de dingues! J'ai vu des anti-rôlistes (si le terme existe...) y jouer, rien que pour connaître la fin de l'histoire, ou pour en apprendre un peu plus sur les compagnons (qui, pour une fois, ne sont pas de vulgaires seconds couteaux). C'est dire...

Mention spéciale pour l'ambiance, les designers ont créé des personnages excellents et des décors mêlant le destroy au gothique, toujours adaptés à l'action, c'est magnifique et rattrape largement le retard qu'accuse aujourd'hui le moteur graphique. Idem pour l'ambiance sonore, Mark Morgan est un maître, ses musiques sont excellentes et collent toujours à l'action en cours. C'est néanmoins sur ce point que j'émets une de mes seules critiques: les dialogues sont parfois accompagnés de voix et de bruitages (comme quand Morte claque les mâchoires, au tout début de la Morgue), mais c'est trop rare et somme toute un peu boiteux, c'est dommage, mais bon, on va pas en faire un drame, c'est pas ça qui m'empêche de toujours y jouer, 3 ans et demi après sa sortie (je sais, je suis dingue, et alors?!?).

Si on ajoute à toutes ces qualités une grande durée de vie (seul point sur lequel je suis pas d'accord avec Sylvanor, je suis la preuve qu'on peut y jouer longtemps, non? D'accord, je suis certainement pas très représentatif de joueur de Torment moyen...) allongée par des quêtes secondaires par foultitudes et des compagnons sur lesquels il y a toujours quelquechose à apprendre ainsi que des dialogues d'anthologie dans lesquels interviennent des PNJ incroyablement fouillés (aaaaaaaaaaaah, Ravel et le dialogue qu'on tient avec elle...), avec, cerise sur le gâteau, le grand méchant (si on peut l'appeler ainsi...) le plus réussi que j'ai vu, dans un jeu comme dans un livre ou un film, on obtient, pour moi, le jeu le plus réussi de la création (peut-être est-ce un peu exagéré, mais bon...), aventure épique dont on est le héros, méprisable et sublime, mais toujours attachant, poursuivi à travers les plans dans la plus grande épopée vidéo-ludique à laquelle il m'ait été permis de jouer (et il faut que j'arrête avant de débiter trop d'éxaltations et de louanges, j' en ai la bave qui me sort de la bouche...;-).


Voilà, juste 2 autres (minuscules) critiques à faire, à savoir sur le pathfinding, hélas assez pourri, et sur le journal, assez inutile et succint (pas d'une grande aide pour retrouver les évènements passés en détails), mais au moins présentant de jolies zimages. Mais bon, ça ne diminue en rien l'immense plaisir que j'ai eu à y jouer, ainsi que l'incommensurable joie mêlée de tristesse que j'ai ressentie quand j'ai fini le jeu, sentiments que j'éspère t'avoir communiqués, éventuel lecteur, avec mes exaltations enfievrées par dizaines (sinon, ben, jsais pas ce qui te faut, y me reste plus qu'à tout recommencer ;-).


Merci de m'avoir prêté une oreille attentive, j'éspère ne pas avoir été trop long (mais c'est le prix pour décrire un tel jeu). Il ne me reste plus qu'à continuer à jouer à Torment en attendant le deuxième opus de KOTOR, dont le premier épisode est, à mon sens, le seul jeu de rôle à pouvoir soutenir la comparaison avec le jeu dont il est question dans ces lignes (l'équipe qui développe KOTOR 2 comprend d'ailleurs des membres de l'équipe Black Isle qui développa un jeu qu'il n'est plus la peine de présenter, ce qui laisse présager du meilleur).


Une dernière question pour Sylvanor, ou même pour n'importe qui: les développeurs parlaient de 3 persos cachés. On connaît bien les 2 premiers, Nordom et Vhailor, mais y-a-t-il un troisième? Sinon, est-ce sûr qu'il n'y en a pas? Merci à toi, Webmaster vénéré (au passage, quel site génial sur tous les ...plans (lol), la nouvelle rubrique sur les races est excellente, d'ailleurs, bravo à Shambelle) de lever ce mystère si tu as la réponse.


A+ et n'oubliez jamais: qu'est-ce-qui peut changer la nature d'un homme?

Revan, sauveur, conquérant, vilain, héros (maisnonmaisnonmaisnon, puisque je vous le dis: aucun rapport avec un certain Seigneur Sith, qui, d'ailleurs, n'existe que dans une galaxie lointaine, très lointaine...)

Note finale donnée par Revan: 19/20

Vous êtes l'auteur de ce test?

Entrez votre mot de passe pour le modifier!

.
.

Toute reproduction interdite
sans autorisation
Webmasterisé par Sylvanor